Le droit à l'erreur, un outil indispensable pour tous les apprentissages

Publié le : 10 June 2018
987 vues 0 commentaires
bannierearticle

"Fallor ergo aum"

"Je me trompe donc je suis" (Saint-Augustin)

Un droit à l'erreur bafoué dès le plus jeune âge fait naître par la suite des comportements difficiles à surmonter. Pour que l'erreur devienne un droit effectif et contribue à l'éducation, il est nécessaire qu'il soit reconnu et accepté tout au long de l'apprentissage. C'est par l'erreur que l'on apprend. Comme disant Winston Churchill, "réussir c'est aller d'échec en échec sans perdre son enthousiasme".

En clair, nos erreurs sont une chance. Il faut les analyser, les exploiter pour apprendre.

En effet, un jeune qui durant ses premières années scolaires n'a pas eu pleinement le droit à l'erreur aura fatalement toujours la crainte de se tromper.

Cela peut venir d'un professeur, d'un encadrant, d'une personne de son entourage, de ses pairs... si le droit à l'erreur n'est pas reconnu, l'apprenant ne peut se construire et avancer dans ses apprentissages. Ilfait du sur-place par peur de se tromper. Il faut donc lui ré-apprendre ce droit essentiel avant tout autre apprentissage. C'est ce qu'on appelle une situation de blocage.

Voici quelques signes qui permettent d'identifier une situation de blocage chez un jeune :

  • hésite beaucoup avant de donner sa réponse
  • tourne en rond autour d'une réponse possible
  • se met en retrait, ne lève jamais la main, ne prend jamais la parole
  • manque de confiance en soi
  • ...

Le droit à l'erreur est un levier pour établir, ou rétablir, le climat de confiance essentiel à l'apprentissage. Le droit à l'erreur est une condition sine qua non à la création de savoir. Lao Tseu (philosophe chinois) nous dit que l'échec est le fondement de la réussite.

Comment faire pour que ce droit à l'erreur soit établi et reconnu de tous ? Comment faire pour qu'il soit respecté par tous ? Il n'existe pas encore de tribunal compétent en la matière ... Alors la clé reste dans l'identification, l'analyse et l'action. Il faut savoir identifier une situation d'échec lié au non respect du droit à l'erreur et l'analyser pour agir. En fonction de la situation, je vous propose quatre leviers d'action possible :

  1. Accepter l'erreur : Le formateur détient le savoir, il doit donc avoir une posture bienveillante à l'égard des apprenants. Il doit expliquer clairement que l'erreur est un droit et qu'elle permet d'apprendre.
  2. Interdir les jugement moqueurs et négatifs des personnes de son entourage et au contraire, encourager la bienveillance.
  3. Analyser l'erreur avec l'apprenant pour trouver la cause de celle-ci. Identifier avec lui comment il aurait pu faire autrement. Ce n'est qu'en analysant l'erreur que l'on ne la refait pas.
  4. Enfin, identifier les stratégies de résolution de problème qu'il aurait du utiliser. Il existe 83 stratégies définies par la taxonomie de Pierre Audy. Chaque personne les utilise plus ou moins par rapport à des situations d'apprentissage rencontrées. Pour déterminer les stratégies qui sont utilisées par une personne, il existe un test appelé le PESD (Profil d'Efficience Spontanée et sur Demande)

Depuis sa création en 1995, l'association Plaisir d'Apprendre utilise le droit à l'erreur dans ses séances de médiation et le promeut comme un levier d'apprentissage.

A propos de l'auteur :
bannierearticle Cristine Rousseau-Goutal
Mail : cristine@plaisir-dapprendre.com
Tel :0561350535
Adresse : 68 avenue des chalets 31140 Launaguet
Cristine Rousseau Goutal, éducatrice de jeunes enfants montessorienne. Devenue médiatrice en efficience cognitive en 1990, formée par le CREFEC à Paris. Depuis 22 ans, elle anime des séances de remédiation cognitive à l'association Plaisir d'Apprendre. Depuis 2005, elle assure des formations de médiateur et depuis 2014 elle intervient comme vacataire pour l'université Paul Sabatier Toulouse."

Voir le profil

Les commentaires :

Poster un commentaire :



Articles récents :

  • Le droit à l'erreur, un outil indispensable pour tous les apprentissages
    Par bannierearticle Cristine Rousseau-Goutal
    le 10 June 2018

  • Et si on retrouvait le Plaisir d'Apprendre ?
    Par bannierearticle Myriam Laffont
    le 10 June 2018